Adamas conseille l’Olympique Lyonnais dans le cadre de son action contre la Ligue de Football Professionnel

Référence Publié le 05/06/2020

Adamas conseille l’OL dans le cadre de son action contre la LFP (ligue de Football Professionnel) qui a décidé l’arrêt définitif de la saison de Ligue 1 et de Ligue 2 de football, le 30 avril dernier, et figé le classement selon un indice de performance.

Le Tribunal Administratif de Paris s’était précédemment déclaré incompétent, et c’est donc devant le Conseil d’État que Gilles Le Chatelier  a plaidé jeudi 4 mai, aux côtés de son client, Président du club, Jean-Michel Aulas. Comme le souligne cet article dans Les Echos, "les échanges ont été vifs", et l’audience a duré trois heures, « condensant des semaines de débats sur l’arrêt de la saison ».

Certains points de l’argumentation ont été repris dans un article de Constant Wicherek et Tom Monegier de Footmercato.net : «L'audience du Conseil d'État a duré presque trois heures, ce qui prouve que l'affaire est sérieuse, qu'il y a quand même des points qui montrent bien que la décision de la Ligue est une décision fragile juridiquement, comme on l'a rappelé à la barre. Il a fallu que le législateur intervienne pour permettre de venir sécuriser une décision qui a été prise par un organe, le Conseil d'administration, dont on doute de la compétence. (...) Et une situation un peu inexplicable sur cette précipitation à décider le 30 avril de la fin du championnat. Elle apparaît d'autant plus étonnante compte tenu de ce qui se passe chez nos voisins. Ce qui montre bien qu'une autre solution était possible et que s'il n'y avait pas eu cette forme de précipitation, peut-être que la Ligue aurait pris plus tard une autre décision, qui aurait permis d'aller au bout de la saison. »

Le recours déposé par deux autres clubs, Amiens et Toulouse, est selon Gilles Le Chatelier significatif : « le fait qu’il y ait trois clubs professionnels qui soient à la barre en même temps, montre bien que ce sont les intérêts collectifs du football professionnel français qui sont en jeu ».

A l'issue de l'audience, le juge des référés, Bertrand Dacosta, a demandé des précisions complémentaires, avant vendredi 5 juin 18h, comme le souligne Michel Goldestein dans cet article de France TV Sport : « Je souhaiterais avoir les bonnes dates auxquelles les championnats européens se terminent. Je souhaiterais disposer d’éléments expliquant l’impossibilité pratique d’organiser une compétition à 22 clubs ».

L’ordonnance devrait être rendue lundi 8 ou mardi 9 juin.