L’initiative chinoise des Nouvelles routes de la soie lancée en 2013 a, dans un premier temps, été accueillie avec distance, froideur, et scepticisme par les puissances occidentales, le Japon et la Russie, qui n’ont pas voulu immédiatement admettre que, sous la forme étrange de partenariats peu définis, l’initiative chinoise était profondément stratégique et, lorsqu’ils l’admettaient, ont douté que la Chine ait les moyens de mettre en œuvre ce plan stratégique global et de le mener à bien.

Télécharger la pièce jointe